Bandeau
Français
Biography | Pictures | Videos | Press clippings | News | Calendar

We are pleased to present all reviews in their original language.

 

Press excerpts

En blanc et noir

Fafchamps: Trois chants pour mieux voir. Debussy: Sonate pour violoncelle et piano. Elégie. Janssens: (...nada).
Aton'&Armide (Benjamin Glorieux et Sara Picavet).
5 diapasons. Technique: 5/5.

[...] Jean-Luc Fafchamps (né en 1960) réédite, d'œuvre en œuvre, la parcours qualitatif qui est le sien: ouvrir le programme sur ses Trois chants (2011-2013) a dû s'imposer, tant l'atmosphère en agrippe l'auditeur dès les premières notes pour ne plus le lâcher, avec une prise de son à couper le souffle. Un thrène chamanique, une jeu de collin-maillard, un voyage en dedans bien nommé malgré une déchirante tentative d'évasion centrale: voilà un cycle magistral d'une demi-heure, où le piano préparé sonne comme l'origine et la fin du monde. [...] ce CD est une œuvre accomplie.

Diapason, Michel Stockhem, mai 2017

 

UP

From post-modern to post-everything - On An Overgrown Path

There has been a flurry of interest on social media in Belgium composers, so I am giving a heads up to a composer who is unlikely to feature elsewhere. Jean-Luc Fafchamps was born in Brussels in 1960, and his music is topically relevant because of its transcultural sub-agenda and its brutally contemporary idiom - one reviewer has described him as writing in an "appealingly post-everything style, with diatonic minimalist gestures butting up against wheezy microtonal drones and so forth". Jean-luc Fafchamps is not a Sufi or a Muslim, but his quest for a compositional system based on analogue correspondences led him to the symbolic charts known as Sufi Words created in 16th century Mughal India. He uses Sufi symbology as a compositional tool in much the same way as John Cage and his circle used the I Ching, and my 2012 post gives more details of his composing system. Lettres Soufies is envisaged as a vast network of cycles, two of which have been recorded by the Brussels based Sub Rosa label. There is an extended sample below to allow you to decide for yourself if Jean-luc Fafchamps' music is appealingly or appallingly post-everything.

Pliable, Thursday, March 24, 2016

 

UP

Gentle Electronics - La Libre Belgique

**** Un CD et un DVD pour suivre Jean-Luc Fafchamps sous de nouveaux aspects, intimement liés à  une rencontre "douce" avec l'électronique. dans le premier, le piano - tenu par Stephane Ginsburgh, talentueux compagnon de route du compositeur - est au centre des échanges, introduit pas les petites percussions et leur flot d'harmoniques, le tout relayé avec une infinie subtilité pas les "machines" pour aboutir à  un effet suspendu, spatial, hors du temps. Dans le second, l'auditeur suit la performance de l'altiste Vincent Royer, au pied du Mont des Arts, un dimanche de juin. Ville déserte, quelques touristes, il fait chaud. En dialogue avec l'électronique, le musicien empile les couches. Trois mouvements - passacaille, contemplation, presto final - sont accompagnés par le (double) long travelling circulaire de Manon de Boer. Hypnotique.

MDM, 9 mars 2016

 

UP

Gentle Electronics - neural.it

[...] Here the Belgian musician – always remaining true to his nouveau classical approach – has released a record that includes both a CD and DVD. The work contains two distinct compositions both inspired by one clear musical idea: to choose simple electronic instruments – cheap and easy to use – and “put them to work in a mostly-theatrical way.” The world premiere of Beth/Veth was facilitated by Stephane Ginsburgh at the Conservatoire Royal de Bruxelles. Here Fafchamps continues to delight us with a composition rich with recorded percussion and electronic abstractions. 
Street Music – invece – è un brano che Jean-Luc Fafchamps scrisse nel 2009 per il suonatore di viola Vincent Royer, [...] fu progettato per essere eseguito in pubblico, utilizzando appunto “pop electronics” (loop effects pedals, guitar amp), cercando di cogliere le atmosfere e i suoni della città . La trasposizione filmica dell’esecuzione che troviamo oggi su DVD è stata realizzata nel 2013 da Manon de Boer che bene è riuscita a cogliere le differenti sfumature di un poetico pomeriggio di musica non convenzionale a Mont-des-Arts (Brussels).

Aurelio Cianciotta, February 19, 2016

 

UP

Gentle Electronics - Obsküre

[...] Beth/Veth est un morceau résolument sombre [...]. Fafchamps alterne les moments d’intensité extrême et les instants d’apaisement tendu. Car l’auditeur est malmené: lorsqu’un motif calme disparaît, il laisse la place à  des accords furieux ou à  une cascade de notes fougueuses, présageant une explosion dramatique scélérate. Ginsburgh interprète la partition avec un aplomb sensationnel, accentuant les effets pianistiques à  l’aide des percussions. C’est d’ailleurs avec celles-ci que débute le disque. Une ouverture malicieuse qui laisse place à  un minimalisme sombre avant que le romantisme ne s’impose (pour un temps). Virtuosité et maîtrise des émotions sont au rendez-vous. Fafchamps ne propose pas une musique linéaire et simple, mais au contraire riche, tout en étant accessible.

Olivier Bernard, janvier 2016

 

UP

Gentle Electronics - Blow Up

[...] La prima [opera], intitolata Beth/Veth (termini che nelle lingua ebraica indicano due modi diversi di pronunciare le prime lettere della Torah), è una partitura per piano, percussioni metalliche e materiali elettronica che si dipana alternando passaggi dal vago sentore impressionista a momenti sospesi in una dimensione eterea e sfuggente, punteggiati di volta in volta da minime risonanze di oggetti metallici e dalle impercettibile intrusioni dell’elettronica digitale. La seconda è invece un lavoro visuale su dvd, in cui la composizione Street Music per viola e « pop elettronico » (delay e pedaliere che creano una graduale stratificazione di loop) si integra con i suoni di Bruxelles sviluppando una peculiare relazione fra l’esecutore Vincent Royer, il movimento dei passanti e le geometrie delle architetture che accolgono la performance come in un’ideale quinta. Un lavoro di certo non rivoluzionario né particolarmente innovativo, ma curato e non privo di spunti poetici.

Massimiliano Busti, gennaio 2016

 

UP

Gentle Electronics - hhv.demag

Der Titel ist zunächst etwas irreführend. Von sanfter Elektronik, wie sie der belgische Komponist und Pianist Jean-Luc Fafchamps auf seinem Album "Gentle Electronics" ankündigt, ist erst einmal wenig zu merken. Sein Stück "Beth/Veth" beginnt vielmehr mit metallischen Perkussionsklängen, gefolgt von Klaviertönen, beides vom Pianisten Stephane Ginsburgh mit stark meditativem Gestus gespielt. Die Perkussion erinnert an die Glocken und Zimbeln bei einem buddhistischen Ritual, und die ruhigeren Klavierpassagen, repetitiv-insistierende Akkordfolgen, offenbaren eine Nähe zum französischen Komponisten Olivier Messiaen, der insbesondere für das Klavier großartige Meditationsmusiken geschrieben hat. Die elektronischen Anteile bei Jean-Luc Fafchamps werden erst allmählich aus dem akustischen Material gewonnen, mit Tonabnehmern, über die die ursprünglichen Klänge zum Teil rückwärts wiedergeben gegeben, aber alles sehr behutsam und diskret. Offensichtlicher am Werk ist die Elektronik im zweiten Stück "Street Life", in dem der Bratschist Vincent Royer einige Figuren auf seinem Instrument spielt, daraus Loops erzeugt, und weitere Elemente live hinzuspielt, die dann wieder geloopt werden. Anfangs schichtet er daraus einen minimalistischen Groove, später verdichten sich die Linien zu einem Gewirr, aus dem sich nach und nach wieder ruhigere Stimmen herausschälen. Eine Straßenmusik – die Komposition ist im Freien aufzuführen – mit gelegentlichen Verkehrsgeräuschen und durchaus hypnotischen Qualitäten.

Tim Caspar Boehme, 02.12.2015

 

UP

Gentle Electronics - Rockirella

[...] Due modi di mescolare colto e popolare nell’eterno gioco di contrapposizioni duali.

Roberto Mandolini, gennaio 2016

 

UP

Morton Feldman en el Colón: reloj, detén tu camino - clarin.com

For Philip Guston, en el Foyer del Colón.

La obra infinita de Morton Feldman se oyó en el Foyer del Colón en una magistral ejecución del Ensamble Ictus de Bélgica.


El sábado tuvo lugar uno de los momentos más esperados del ciclo Colón Contemporáneo, acaso de toda la temporada de conciertos: la ejecución en el Foyer del teatro de For Philip Guston, la obra de casi cinco horas ininterrumpidas que Morton Feldman compuso para trà­o: piano que alterna con celesta; flauta que alterna con piccolo y flauta en sol; y un set de vibrafón, marimba, glockenspiel y campanas. Hay un fino principio de complementariedad instrumental, como si se tratase de tres instrumentos “ampliados”.

[...]

La entrega del Ensamble Ictus de Bélgica -el pianista Jean-Luc Fafchamps, el flautista Michael Schmid y el percusionista Miquel Bernat- no pudo ser más fluida y conmovedora. Los músicos se ubicaron en el centro del Foyer y la mayor parte del público tomó asiento en la escalinata principal, tapizada de almohadones. Un segundo público más circunstancial iba y venà­a, gente que entraba libremente para conocer el Foyer por el Paseo de Carruajes. También estaban los que leà­an o jugaban ajedrez. Todo en el mayor silencio.

El Foyer no tiene una acústica ideal, desde luego; cada tanto se oà­a el tránsito de la calle Libertad y ruidos varios. Pero nada parecà­a importar demasiado ni romper una atmósfera informalmente dichosa. Y además el Foyer proporcionó la contraparte “gustoniana”, pictórica, con una puesta de luces (Minou Maguna y Matà­as Sendón) proyectadas desde fuera del teatro, a la manera de un intensificado y bellà­simo crepúsculo.


Ficha

For Philip Guston
Intérpretes Ensamble Ictus (Bélgica): Jean-Luc Fafchamps (piano), Michael Schmid (flautas) Miquel Bernat (percusión) Sala Foyer del Teatro Colón, sábado 21, de 15 a 20. Calificación Excelente.

Federico Monjeau - 24/11/2015

 

Bellà­simo crepúsculo. Música y luces en el Foyer del Colón.

UP

Gentle Electronics (CD/DVD by Sub Rosa) - www.vitalweekly.net

[...] 'Beth/Veth' is a forty-eight minute piece for piano, metallic percussion and electronics.[...] This piece has a very modern classical feel to it, with a very light touch at the piano most of the times, and the percussion being somewhat oriental in approach. The pianist (Stephane Ginsburgh ) of duty here plays these. A piece that moves through various sections and which is a true beauty. 

  On DVD we find 'Street Music', for 'plugged viola' (played by Vincent Royer) [...]. There is a slow 360-degree panorama shot of the environment and shots of the violinist himself. He plays a very vibrant, wild piece, reading from a score with instructions [...]. The music is very loud and wild, but looking some of the bystanders’ reactions, it seems it wasn't that loud on the street itself, but judging the applause, people enjoyed it; so did I, a lot actually. (FdW)

FdW (Frans de Waard) - 24 novembre 2015

 

UP

Triadic memories/MaerMuzik-Festival - bachtrack.com

[...] Man würde vermuten, dass bei bei dieser dauerhaften Fülle an Eindrucken auch die Aufnahmefähigkeit eines Zuhörers nachlässt, doch Jean-Luc Fafchamps' Interpretation von Feldmans Klavierwerk Triadic Memories zur Mittagszeit belehrte eines besseren. Hierbei wurde, wie schon zuvor beim Streichquartett, das Klavier verstärkt. Die maschinellen Geräusche der Lautsprecher verbreiteten eine gewisse Unruhe, drangen sie doch in jede tonlose Pause der Musik ein, was jedoch zu einer mystischen Stimmung führte. Jean-Luc Fafchamp gab sich meisterhaft dem Nachhall seines Klavierspiels hin und zog anderthalb Stunden hohe Aufmerksamkeit auf sich.[...]

Saori Kanemaki, 01 April 2015

 

UP

The Grand Design - www.thesoundprojector.com

YZ3Z2Z1S2, a Five-letter Sufi Word

The work of noted Belgian composer Jean-Luc Fafchamps was hitherto entirely new to this reviewer. Materially, and in terms of attitude, direction and format, however, there is nothing here that would immediately surprise or trouble those with a working knowledge of avant-garde and contemporary orchestral music. Fafchamps’ chosen language, along with its organisation and manner of delivery, sits comfortably with the likes of, say, Harrison Birtwistle, Mark-Anthony Turnage and early Peter Maxwell Davies, or, for that matter, Boulez, even those earlier moves set in train by Messiaen, Schoenberg, Bartók; that is to say in ranging over some kind of drifting admix of Serialism and reactions to it, some measure of atonality, perhaps including appropriations of or allusions to such things as non-Modernist song-forms, folk-ish stylings, etc., even Jazz, even Rock, perhaps including experimentation with electronics, and so on. 


This passing sense of general familiarity is, though, successfully tempered with some pleasing detail revealed upon closer inspection. Careful listening draws one into the many intimate scenes which Fafchamps faithfully sets up; which might be comprised of delicate, lacy piano, beautifully trickling onto soft sheets of burgeoning pastoral woodwind, or pillowy, near-comic flights of gymnastic brassy commotion over brooding, malevolent sub-bass. Elsewhere, there are scurrying noises in the undulating undergrowth – the tortured strings of a cello, a viola, a violin. Some passages approach the world of drone music, in being entirely flattened, seemingly mutely ticking, counting out time. Indeed, instantaneous, savage cuts are made to some of these, wherein the listener is brutally thrown back by loud, vertiginous walls of sound. The best of these avoids the simple charge of staged melodramatic ambush, instead creating genuine, intelligent shock and real power. Such shifts confer a healthy dose of dynamism upon the enterprise as a whole, in fact; and this basic to and fro is a key motif of the album itself and perhaps its strongest feature in terms of composition. 


Soloists and solo sections shine best overall, in my view. Spotlighted instruments are convincingly stress-tested, and there is a palpable and arresting extremity of technical execution on display; putting one in mind of something like Berio’s ‘Sequenza’ series, or the way Stockhausen treats instruments in his seminal, ‘In Freundschaft’, or, perhaps more exactly, the kind of unabashed virtuosity associated with Free Jazz. Here, one assumes the use of hard-won extended techniques – dextrous double-tonguing of mouthpieces, producing delightful squawks and squeals, the extraction of forced harmonics on brass and strings alike, by over-blowing and over-bowing, respectively. The result is visceral and muscular, and, moreover, expressively human. Most notable here, to my ears, is the trombone of Alain Pire. Added to the feats referenced above, his particular instrument, for its sins, is always threatening to reference its use in comedy. It’s a bit Goons, a bit Tony Hancock; it is the orchestra’s kazoo and Swaneewhistle combined. This humorous veneer lends itself constructively and colourfully to the otherwise fairly solemn proceedings. Jean-Luc Plouvier’s piano is also worthy of mention. His tumbling, muscular arpeggios cover the whole keyboard – during a series of demonstrably physical displays, played seemingly straight from the elbow, maybe the shoulder, with wilful abandon. Here, such bombast is decidedly refreshing.


According to the extensive sleeve-notes, there is some grander plan at work here; in the form of a conceptual system, devised by Fafchamps, which underpins and guides decisions that he made as composer, and which is an integral part of his wider message. This takes its cue from Sufi mysticism, Fafchamps explains, specifically from the 28 letter Arabic alphabet, formed, in turn, of numerical conceits derived from it. I confess both to a complete ignorance about such things and to a disconnection with exactly how these apply to the music itself. Perhaps, in the end, this is no bad thing. Certainly, it is no impediment to appreciation.

Anthony Donovan, August 29, 2014

 

UP

Battle of the Sexes in Bartòk/Mikrokosmos - New York Times

The final installment of the Lincoln Center Festival’s retrospective of early works by the Belgian choreographer Anne Teresa De Keersmaeker began with something conspicuously absent from the preceding three pieces: a man. [...] And on Tuesday, when “Bartok/Mikrokosmos” (1987) had its New York debut at the Gerald W. Lynch Theater, he took the stage in front of two facing pianos. [...] As Ms. Saunier jumped into Mr. Truszkowski’s arms, the pianists Jean-Luc Fafchamps and Laurence Cornez launched into Bartok’s “Mikrokosmos.”

[...] The following section, a dance-less interlude, was in some ways an echo. Playing Ligeti’s “Monument,” the two pianists, a man and woman, alternated between tangling in the same aural space, the same register, and retreating to opposite ends of their pianos, as the dancers had regularly retreated to opposite sides of the stage. The musical duet was similar to the dance duet, but the music was more interesting.[...] The pianists played wonderfully, and so did the Ictus string quartet in the last segment, set to Bartok’s Quartet No. 4. [...]

Brian Seibert, July 16, 2014

 

UP

Back To... - www.thesoundprojector.com

Cog-like process-music, a central rhythmic spine is examined, twisted, atomised, and quite often discarded entirely. Jean-Luc Fafchamps’ Back To..., here performed by Stephane Ginsburgh, consists of three individual piano pieces that can be combined in multiple configurations. While not attempting all of the suggested orderings, this writer found the standard 123 sequence particularly entertaining; the first piece’s frequent diversions into key-smashing tantrums acting as an effective starter for some of the lighter and winding Reichian passages occurring later. Encompassing a wide range of tones and pressures, this absorbing album holds the attention throughout; rapid minimalist passages abut stormy atonal cloudbursts; near silence introduces sections of intricate ringing beauty; the dense fusion of styles is never over-cooked. Back To... deserves your repeated and close attention; it is a twisting kaleidoscope of an album, shards of noise and melody clashing in complex and fascinating fashion.

Michael Holland, april 23, 2014

 

UP

Flirten met Rock - De Standaard

Twee jaar na de eerste editie pakt het Ictus ensemble uit met This is not a pop song II. Het concept is eenvoudig: vraag klassiek geschoolde componisten om nieuwe ‘songs’ te maken voor een rockbezetting. De enige opdracht is om allerminst een ‘gewone’ popsong te maken. Toch is de verleiding blijkbaar groot om je te laten meesleuren door de extase van de luide versterking, de grooves, de effectenpedalen.
BijDisobedience van Jean-Luc Fafchamps verzetten steeds twee of drie instrumenten zich lekker koppig tegen de groove. [...]
De ‘niet-popsongs’ van Ictus vormden dus een pittige en plezierige onderdompeling in die spannende elektrische klankwereld. [...]

Maarten Beirens, 20 februari 2014

 

UP

CD YZ3Z2Z1S2 - www.kwadratuur.be

[...] Net als bij voorganger ‘KDGhZ2SA’ is de titel van ‘YZ3Z2Z1S2’ een aaneenschakeling van de door Fafchamps gecomponeerde soefiletters, waarbij de volgorde geen specifieke betekenis heeft. Het mag dan ook duidelijk zijn dat ondanks de specifieke achtergronden van de titels, de werken en de muziek op zichzelf staan. Meer nog: die blijft, zoals wel vaker bij Fafchamps, erg toegankelijk voor een breed publiek, zonder in simplificaties te vervallen.
Essentieel voor deze toegankelijkheid is de verbeelding die in de muziek naar boven komt en het brede scala aan emoties en invloeden dat Fafchamps aanboort: sensueel of ronduit gewelddadig, melodisch of abstract geluidsgericht. [...]
Wanneer het ensemble in grotere bezetting aan de slag moet, hanteert Fafchamps een opvallend traditioneler geluid dan voor de werken in kleine bezetting. Vooral in ‘Y’ zijn de referenties naar verschillende tradities opvallend. Van Russische romantiek naar film- en ronduit sprookjesachtige muziek, met de haast obligate knipogen naar het fragiele impressionisme. Gelukkig reikt de ambitie van het werk verder dan louter het spelen met de traditie. Het thematische materiaal dat in het stuk gehanteerd wordt, komt op bepaalde momenten terug, zonder dat het stuk een strakke vorm krijgt opgelegd. Hierdoor kan Fafchamps van de hak op de tak springen, zonder dat het geheel een betekenisloze collage wordt. Het verstilde klarinetmotiefje van het begin of de magisch-realistische unisonomelodie in het hele ensemble krijgen telkens opnieuw betekenis. Zo stuurt Fafchamps het stuk, nu eens breekbaar, dan weer hypernerveus, naar een dramatische climax om het daarna te laten terugtrekken in het verstilde van het begin. [...]
In ‘S2’ is dan weer een heel voorname rol voor de live elektronica weggelegd. Aanvankelijk zweeft die als een synthesizer door de akoestische instrumenten om het geluid daarna orkestraal op te pompen tot Varèse-achtige proporties. Later klinkt de technologie als het razen van de wind over een verlaten vlakte of als stormachtig gedonder. Fafchamps weet deze kleuren echter mooi te combineren met blazers en een strijkkwintet die aanvankelijk schurend en wringend voor de dag komen, maar daarna ook lichter fladderend een uitweg zoeken, als vlinders, opgesloten in een glazen bokaal.
Wanneer hij gebruik maakt van kleinere bezettingen, kiest Fafchamps voor een opmerkelijk abstractere sound. Melodie wordt ondergeschikt aan de kleur, zeker in ‘Z3’ waar een wirwar van trombonepartijen gestapeld wordt, van meerstemmig brommen, het jazzy gebruik van plunger demper (waardoor de klank even mooi als traag van kleur verandert) of quasi militaire aanzetten. Wanneer die geluiden later meer gefilterd worden, scheert Fafchamps langs de wereld van de oude sciencefiction, zonder vintage te worden. Dit mede dankzij de bij momenten verbluffend precieze uitvoering van Alain Pire die in het meer dan tien minuten durend solostuk slechts sporadisch op een onzuiverheidje te betrappen valt.
Nog meer op klank gericht is het begin van ‘Z1’ waar de honneurs worden waargenomen door piano en altviool. Het is dit laatste instrument dat de inzet voor haar rekening neemt met korte gestes die opnieuw gestapeld worden. Door het ontbreken van een dominant toonhoogteverloop of metrum verdampt elk tijdsbesef en het is dan ook wachten tot de muziek meer melodisch wordt voor de luisteraar houvast krijgt. Eens deze weg ingeslagen is er echter geen houden meer aan en onder invloed van de piano en de elektronica explodeert het werk in een sonore vulkaanuitbarsting. Opnieuw is deze climax niet het eindpunt [...]. Het terugplooien is symptomatisch voor de uitgekiende vormgevoeligheid van Fafchamps muziek. Die neemt zijn tijd waar het nodig is, zonder onnodig en gemakkelijk te blijven dralen in muzikale situaties. Hierdoor kan wordt de luisteraar in eender welke situatie en gedaante meegezogen in het muzikale discours, wat deze ‘YZ3Z2Z1S2’ nog overtuigender maakt dan voorganger ‘KDGhZ2SA’.

Koen Van Meel, 26 januari 2014

 

UP

CD YZ3Z2Z1S, a Five-letter Sufi Word - www.neural.it

In YZ3Z2Z1S2, a Five-letter Sufi Word, Jean-Luc Fafchamps has arranged a number of musical movements that entail different solo combinations. [...] The compositions range in length between 7 and 15 minutes – and all of them are splendidly intense and emotionally involving. The different scores have originated from a sort of desire-inspiration of a particular letter, with no preconceived organization or relationship to some unifying logic. Taking inspiration from Sufi wisdom, the keystone of the whole process resides in the mystic ecstasy recalled by the enchanting sounds, which unravel in untempered harmonies, polyphonies and eccentric moods. The album leans in multiple directions simultaneously, crossing a number of musical styles: some passages appear improvised, while others evoke the electroacoustic tradition, tangible in the excellent combo synthony, always responsive to the unpredictable suggestions evoked by each contribution. Each letter is considered as a unique word, but at the same time they are deeply connected to all the others: as matter of fact, the combination of letters to make words was an intentional compositional move. Uniting a purposive togetherness with the freedom for individuality to flourish is a classic element of Sufi wisdom, here presented in the most precious intersection of elements for a musician: the thrust in the truth of sounds and their intimate essence.

Read this complete review in English
Leggete questo articolo in Italiano

Aurelio Cianciotta, October 24, 2013

 

UP

CD Back to... - www.kwadratuur.be

De Belgische componist Jean-Luc Fafchamps steekt het niet onder stoelen of banken: de drie werken die op ‘Back To...’ te horen zijn, mogen gerust gezien worden als een persoonlijke hommage aan de pianoliteratuur. Wie de stukken, die tezamen, afzonderlijk of in eender welke combinatie en volgorde uitgevoerd kunnen worden, beluistert, heeft die toelichting echter niet nodig. De verwijzingen naar de pianomuziek van Ligeti, Debussy, Messiaen, Liszt en Chopin zijn meer dan duidelijk.
Toch klinken de stukken vrij en complexloos. Zoals Fafchamps zich niet verliest in een flauw eclecticisme, zo gaat hij ook niet geforceerd op zoek naar atonaliteit, conceptuele techniciteit of virtuositeit. Alle drie de stukken klinken spontaan, alsof ze op een hoogst natuurlijk manier ontstaan zijn. Dat Fafchamps zelf pianist is, kan daarbij geen toeval zijn.
Het wordt allemaal nog vanzelfsprekender wanneer de titels bovendien een goede indicatie lijken van waar het de componist om te doen is. ‘Back To the Pulse’ laat inderdaad duidelijke muzikale pulsen horen en lijkt bovendien te flirten met de repetitiviteit. Toch is van zuivere herhaling weinig sprake, want in plaats van letterlijk te kopiëren, laat Fafchamps het muzikale materiaal bij elke verschijning veranderen.
Dat muzikale materiaal is vaak mooi herkenbaar, van het tertsinterval dat het begin domineert en verspreid over extreme registers in verschillende liggingen terugkeert tot de snel dalende lijn die zo uit de inleiding van Chopins ‘Etude Révolutionnaire’ weggelopen lijkt. Fafchamps laat de herkenbare beweging echter ritmisch, melodisch en harmonisch evolueren. Een gelijkaardige behandeling krijgt een heldere melodie die later in het werk opduikt en die samengeplukt wordt uit een reservoir van slechts enkele noten. Door daarin te schrappen of de noten van volgorde te veranderen, neemt ook dit element steeds andere gedaanten aan.
Toch klinkt ‘Back To the Pulse’ niet zomaar als een opgeklopte sonatevorm. De variatie beperkt zich niet tot het muzikale materiaal, maar is ook te vinden in de uiteenlopende richtingen waarin de muziek gestuwd wordt. Die schurkt nu eens tegen een romantische cadens aan om later scherp hoekig te zigzaggen waarbij het verloop gebroken wordt door dissonante clusters. Later legt Fafchamps dan weer mooi enkele polyfone lagen over elkaar en even, heel even, loenst hij zelfs even naar Gershwin met jazzachtige drive.
Het tweede stuk, ‘Back to the Sound’ is met iets meer dan acht minuten het kortste van de drie. Fafchamps schreef het als opgelegd werk voor de halve finale van de Koningin Elisabethwedstrijd 2010. Zeker in het begin lijkt het stuk een klassieke variatiereeks op een dalend thema dat enigszins verwant lijkt met het Chopin-achtige idee van het eerste stuk. Dit basisgegeven maakt een hele omwenteling door, maar blijft vaak goed hoorbaar.
Toch is het stuk ook meer dan een moderne variant van een reeks achttiende eeuwse variaties. De behandeling van het materiaal is veel vrijer en de muziek belandt in heel uiteenlopend vaarwater, zoals de roterende mechaniekjes van Ligeti, kristallen harmonieën of nazinderende akkoorden die alle ruimte laten aan fonkelende melodieën. Toch brengt Fafchamps het basismateriaal tegen het einde ook terug, zij het dan in omgekeerde, stijgende gedaante, waarna het uiteendrijven van de twee handen in extreme tessituren weer de handtekening van Ligeti verraadt.
Zoals de titel al insinueert, neigt de melodievoering in ‘Back to the Voice’ inderdaad naar het vocale: niet zozeer wat expliciete zangerigheid betreft, maar wel door de beperkte tessituur, waardoor de muziek plots heel wat minder “pianistiek” klinkt. Ook nu blijft Fafchamps echter niet in een idioom hangen, want hoewel het stuk opent met iets wat doet denken aan een parafrase op Schuberts ‘Erlkönig’, borrelt daarna de muziek vervaarlijk op uit de laagte, als in een étude van Liszt.
Ondanks een romantische clash, blijft ook dit werk vrij van pathetiek, al was het maar omdat het ook nu weer geregeld andere oorden opzoekt. Zo belandt het uiteindelijk zelfs in de benevelde lyriek van een melodie die “braaf” op een begeleiding zweeft, als in een 21ste eeuwse versie van Schumanns ‘Träumerei’ om later weer virtuoos te gaan ratelen en uiteindelijk uit te lopen op een lang naklinkend akkoord.
Breed geschakeerde, maar vormelijk coherent, klinken de stukken van Fafchamps op ‘Back To...’ eigenlijk heel toegankelijk, maar zonder in goedkope of populaire tendensen te vervallen. Een indruk die nog versterkt wordt door de natuurlijke uitvoeringen van pianist Stephane Ginsburgh. ‘Back To...’ is dan ook een ideale cd voor diegenen die denken dat hedendaagse gecomponeerde muziek niets voor hen is. Als ze tenminste bereid zijn hun mening te herzien, uiteraard.

Koen Van Meel, 22ste september 2013

 

UP

CDs Back to.../YZ3Z2Z1S2, a Five-letter Sufi Word - Debug

In des Klaviermusik des belgischen Komponisten Jean-Luc Fafchamps, die er auf dem Album "Back to..." vorstellt, kommen verschiedene Traditionen zusammen. [...] Fafchamps gibt sich dabei immer wieder als Pianist zu erkennen, der gern für sein Instrument schreibt, ohne in romantische Virtuosenliteratur Zurückfallen. Sein Interesse an Klang bewahrt ihn ebenso davor, in allzu vertrauten Avantgarde-Mustern stecken zu bleiben. Bei ihm darf es auch schon mal zur Sache gehen.  

"YZ3Z2Z1S2, a Five-letter Sufi Word" bietet einen Einblick in seine Kammermusik [...]. Hier herrschen vor allem die Obertöne, reagieren akustische und elektronische Klänge miteinander und fügen sich oft dramatische Konstellationen, die Fafchamps gern mal die eine oder andere überraschende Wendung vollziehen lässt.

tcb, 09/13

 

UP

CD Back To... - www.chaindlk.com

This "back to" what he fondly defines "an old buddy of mine" by Belgian pianist and composer Jean-Luc Fafchamps smells like a liturgical anamnesis: "back to my first musical feelings, but also my first writing techniques, which werequite remote from my current aesthetical concerns; back to the music pieces engrained in my fingers through practice; finally, back to the numerous hours of free improvisation of my lazy youth...[...] those back to...are works about memory" and such a mnemonic elegy and idyll got crystallized in three touching pieces performed by Stephane Ginsburgh. Fafchamps' return to piano could be thought as the comeback to workout of a sportsman after a crippling injury while listening to the first suite "Back To The Pulse", where you can imagine a session of emotional high hurdles: the engaging rolling of legatoes and staccatoes manages to put a further strain on the insistent and somewhat feverish harmonic progression which could render an idea of motion with awesome and sudden ligatures, interruption, tumbles and variation like the amazing one after 4-5 minutes when the imaginary hurdler looks like running in the dark and the seriousness of the situation got emphasized by the insistent stroke on the lower and higher tones, before the last ones begin to get closer to the central octaves, keep on running and diving into a sort of ragtime till the end. Those breaks, those tonal dull thuds and frenzied slurs sound like expedients to highlight the evocative power of piano on the following "Back To The Sound", as if each element means to say "listen to the range of emotions I can inspire and fan into you...", while more emotional outgrowth intertwines with soulful quotations of Fafchamps's mentors and peers in the final brilliant "Back To The Voice".

Rated: 4,5/5

Vito Camarretta, Aug 04, 2013

 

UP

CD YZ3Z2Z1S2, a Five-Letter Sufi Word - www.chaindlk.com

Even if Belgian pianist and composer Jean-Luc Fafchamps is neither a Sufi, nor a Muslim and there's any properly esotheric purpose behind this sonic research, he drew inspiration for his Sufi Letters from the Jawahiru'l Khamsah, an old table by Sheikh Abul-Muwwayid, which linked the 28 letters (even if according to some essaysts they're more than 28) to a plenty of symbolic meanings, which he tried to translate into music by a potentially monumental collection of suites for each letter of this mysterious alphabet. Such a bizarre methodology and compositional pattern Monsieur Fafchamps is working on by developing an impressive network of cycles, a proper stylistic rhetoric and correspondences between instruments and letters (T for ensemble and electronics, K for orchestra, A for ensemble and orchestra, Z3 for trombone and electronics, and so on) could sound partially unrealistic, a sort of capriccio inspired by a passing fancy where this composer channeled his past and present interests for alchemy, arithmetic and arcane knowledge, but the fact this composer takes this sonic research seriously is clear from the circumstance he's working on it for more than 13 years. [...]

The five "letters" of this second chapter of this research smells of life by means of labyrinthine itineraries, sudden accelerations, dust devils, bolting harmonies and perfect intertwining of instruments and electronics, winning rolls of heavy accents - I found remarkably engaging the ones on "Z1" -, emboli on the musical score where sometimes recurring tonal sequences got entangled by sudden sonic spurts and gripping dynamics, which often resembles mixtures of film-music or "contemporary classic" stuff by Berio, Lygeti or Cage (particularly the suites "Y" and "S2"). It could be equally considered a brain-teaser for students and academics of composition and an engaging listening experience for listeners who don't really deal with more technical matters.

Rated: 4,5/5

Vito Camarretta, Aug 01, 2013

 

UP

CDs Back to... / YZZZS - Bad Alchemy

Der Brüsseler JEAN-LUC FAFCHAMPS war mir durch seine Einspielung von Feldmans Triadic Memoiries ein Begriff. [...] Back To... (SR353) zeigt ihn nun selbst als Komponisten, mit "Back to the Voice" (1998), "back to the Pulse" (2008) und "Back to the Sound" (2009), dargeboten von Stephane Ginsburgh. Mit dieser Triade, die in beliebter Reihenfolge gespielt oder gehört werden kann, feiert Fafchamps das Piano als Leitfaden durch die Musikgeschichte. Mit jeweiligem Akzent auf Beat, Klang und die Harmonik des Sprechens und Atmens. Das rhythmische "... Pulse" besteht aus ostinatem Gehämmer, gestuften und synkopierten schnellen Schlägen, teils mit àœbersprüngen der rechten Hand. Regelmäßige Muster bekommen Risse, "verhungern", setzen neu an, mit kleinen Trillern verziert. Markante Schläge werden von noch markanteren interpunktiert, schnellen folgen schnellere, wieder sprunghafte. Mosolov und Ligeti grüßen als Déjà -vu, bevor einem letzten Lufthüllen ein final accelerierender Drehwurm folgt. "Back to the Sound" bringt statt besonderen Spielweisen oder Klammöglichkeiten wiederum hastige, quirlige Läufe, durchdekliniert in wechselnden Härte- und Dichtegraden, allerdings mit einem entschleunigten, wir selbstzweiflerischen lezten Drittel. Der "Voile"-Part arpeggiert sich spiralförmig durch teils vollmundige, teils grüblerische Pianistin, in der Geister der Vergangenheit umgehen, Liszt, Gershwin, Mompou...

Das Ictus Ensemble präsentiert nach HDGhZ2SA, a six-letter Sufi word (SR, 2012) nun zusammen mit dem Elektroniker Jean-Marc Sullon auch JEAN-LUC FAFCHAMPS' YZ3Z2Z1S2, a Five-letter Sufi Word (SR365). [...] der Auftakt [klingt] in seinem modernistischen Allerlei einigermaßen unspektakulär. Schwindelerregender ist da schon der zwar lange nur mild bedusle, aber mehrstimmige Posaunenchor, der schließlich doch elektronisch überwuchert wird und kleinlaut endet. Danach beginnt die Oboe quäkig herausfordern, das Kollektiv reagiert mit Fliegenklatschenhieben und empörten Missmut, lässt sich kurz dazu anstiften, mitzukapriolen, ein kurzes Vergnügen, das enttäuscht wird und einem heftigen "Schluss mit Firlefanz!" endet. Bratsche und Piano verstricken sich in geräuschhafte Fäden, windige Glissandos und knarzige Laute, so dass harmonische Ansätze und selbst ein energischer Ausbruchsversuch zag und melancholisch scheitern. Zuletzt ballt Fafchamps schrille, kratzige, schnarrende, quäkige, elektronisch bedröhnte, flötistisch durchjaulte und perkussiv berasselte Turbulenzen in orchestraler Kakophonie zu einem Prachtstück, das aber erneut in Katerstimmung erschlafft. Allerdings wird diesmal ein deklamatorischer Einspruch zu Protokoll gegeben. Richtig, mystische Erleuchtung oder Happy End klingen anders.

Juillet 2013

 

UP

CDs Back to.../YZ3Z2Z1S2, a Five-letter Sufi Word - BLOW UP

Quella del belga Jean-Luc Fafchamps è una musica che apre orizzonti pur essendo autoconclusa, che riflette su stessa ma non tanto (o non solo) a proposito del proprio "medium", quanto sulla sua costituzione, sulla sua struttura, sul suo stesso esistere, su ciò che la fa essere tale. Però è musica, non musicologia o filosofia o estetica o epistemologia. Una riflessione musicale sull'esperienza musicale che "è" e "si fa" esperienza. In questo senso "Back to..." è un'opera veramente coeva, già  dal titolo che, con in punti di sospensione, lascia aperto il discorso del suo contenuto che è legato al passato, alla memoria, alla esperienze vissute ("back") ma non come oggetto, ma come tensione e movimento sempre da rimettere in atto ("to"). Tre pezzi-pièces neanche troppo lunghi per pianoforte, strumento che la cover richiama con il suo chiaroscuro (una specie di essenziale visione dada-futurista). Molto belle pure le note del libretto che aiutano la comprensione senza esser troppo didascaliche. E la musica? Il primo pezzo (Back to The Pulse) è un mantra sincopato che si fa ossessivo; nonostante la ripetitività  delle frasi musicali è presente un dinamismo sempre sull'attenti, spezzato da incisi e pause che non disperdono il cammino ma al contrario - paradossalmente - lo rafforzano, a parte quello che potremmo definire il terzo movimento che è uno stupito, curioso vagabondaggio sul luogo raggiunto, sempre con la stessa percussiva ripetitività . Back to The Sound è appena più disteso all'inizio con le sue cascate di note, valorizzando sia la durezza spezzata dei suoni dello strumento (staccati) sia la dolcezza (legati), in una continua, instabile esplorazione della tastiera. Così pure il terzo pezzo Back to The Voice, in cui - ancora una volta - pause riflessive si alternano a scossoni frenetici. 

Completamente diverso come sonorità  "YZ3Z2Z1S2, a Five-letter Sufi Word" per ensemble orchestrale a cui si aggiunge una componente elettronica. Anche in questo caso c'è un concept (la tradizione esoterica islamica) ma la musica può essere ascoltata benissimo senza alcun riferimento oggettivo. Si passa da un Feldman orchestrale (o un Edgard Varèse convertito alla mistica), a un trombone estatico che Albert Ayler non avrebbe disdegnato di donare per Stravinskij, non emettendo squittii di archi che si mettono pure a cantare e un terrifico basso dark da metal o industrial. Quello che "Back to..." fa per e con il piano qui viene fatto con e per l'orchestra, per ciò che ne rimane. Fafchamps ha certo una grande sensibilità  per il colore e il timbro di ogni strumento, combinando pause e sussulti, vigore e leggerezza. Un'esperienza decisamente "fonica" in cui Fafchamps - e noi con lui - esploriamo "musicalmente" due ambiti esperienziali che possiamo pure non fare nostri (la memoria, come ricordo delle esperienze pianistiche: lo studio, la composizione, l'esecuzione; e l'esoterismo islamico tramite lo studio delle lettere, come una cabale) ma che non lasciano indifferenti. Certo, ascoltati subito dopo i Ramones questi CD non lasciano il segno, ma fuori dalle immediate vicinanze non possono fare che bene. 


Girolamo Dal Maso, juillet 2013

 

UP

CDs Back to.../YZ3Z2Z1S2, a Five-letter Sufi Word - Westzeit

Fafchamps ist einer dieser belgischen Komponisten, die hochinteressante Musik schreiben, außerhalb Benelux aber kaum wahrgenommen werden. Er hat als Interpret u. a. für Sub Rosa Werke von Feldman, Scelsi, De Mey oder Duchamp eingespielt und ebendort auch mehrere CDs mit eigenen Stücken veröffentlicht. Hier nun zwei zeitgleich erscheinende CDs die die sehr verschiedenen Seiten des Klangkünstiers zeigen: Während "Back to..." sich den Themen Pulse/Sound/Voice in drei Klavierstücken annähert, spielen auf der auch konzeptionell (noch) strengeren "YZ3Z2Z1S2" (die Zahlen gehören jeweils tiefgesetzt, die Logik hinter dieser der Sufi-Tradition entlehnten Kompositionsweise wird im booklet kurz erläutert) Solisten und/oder das Ensemble ICTUS Stücke zwischen Neuer Musik, Jazz und ImproElectronics, ein (Hallo Phrase!) Spannungsfeld, im dem Fafchamps schon seit Jahrzehnten agiert. Keineswegs leichter Stoff das, aber Belangloses hören wir (ungewollt) ja den ganzen Tag schon genug. 

****

Karsten Zimalla, 8 juillet 2013

 

UP

CD YZ3Z2Z1S2, a Five-Letter Sufi Word - blog.monsieurdelire.com

Depuis maintenant 13 ans, Jean-Luc Fafchamps compose des “lettres soufies” en s’inspirant du Jawâhiru’l Khamsah, un tableau mystique qui tissent des liens entre les 28 lettres de l’alphabet arabe et divers traits symboliques. YZ3Z2Z1S2 est le deuxième “mot soufi” qu’il présente sur disque (j’ai manqué le premier). Il s’agit donc d’une pièce de musique contemporaine en cinq mouvements. L’instrumentation varie d’un trombone avec électroniques (“Z3”) à  un ensemble de douze musiciens (bois, cuivres, cordes, piano, percussions, électroniques dans “S2”). Mouvements souvent chargés en émotions, parfois denses, qui établissent des liens étroits entre eux. Les électroniques sont parfaitement intégrées à  l’ensemble et l’écriture est riche, foisonnante. Impossible de tout saisir en une écoute, mais cette première écoute est suffisante pour constater que voilà  une œuvre qui a beaucoup à  m’offrir. J’aurais d’ailleurs le goût de la réentendre dès maintenant... et de me procurer le premier mot.

François Couture, 24 juin 2013

 

UP

CD back to Stephane Ginburgh - La Libre

Avec les "Back To " de Fafchamps, la littérature pour piano s’enrichit d’un triptyque éclatant de vie et d’intensité. Chaque "mouvement" ouvre un monde neuf, caractérisé par des sensations et des techniques spécifiques : "Back To The Pulse" (2008), obsessif et pseudorépétitif, entraîne l’écoute dans le pur plaisir de la pulsation (forcément), renforcé par quelques pièges vertigineux ; avec ses variations, son groove, ses scintillements, l’exubérant "Back To The Sound" - créé au Reine Elisabeth 2009 - fait déjà  partie des classiques; enfin, "Back To The Voice" (1998), plus ancien, plus expérimental, mais typiquement fafchampsien, tente de marier continu et discontinu, chant et percussion, et y parvient. Libre, virtuose, inspiré, le pianiste Stephane Ginsburgh est ici au cœur de son art.

Martine Dumont-Mergeay, 20 mars 2013

 

UP

CD A Five-letter Sufi word - Le Soir

Le 7 mars 2010, Ictus créait à  Flagey dans le cadre d’Ars Musica le 2e Mot soufi qui comprend 5 lettres. Cinq mouvements d’une distribution instrumentale très variée. Les deux mouvements extrêmes sont confiés à  un ensemble tandis que les trois médians comportent un dialogue d’instruments solistes avec l’électronique (trombone pour le 2e, piano et alto pour le 4e) ou un ensemble réduit de neuf instruments pour le hautbois (3e). Une construction rigoureusement symétrique qui explose dans la 5e lettre (Thâ´) où l’ensemble et l’électronique atteignent un moment paroxystique avant qu’un moment d’une quiétude retrouvée ne clôture l’oeuvre dans un climat de magie transparente. L’interprétation d’Ictus, partenaire de longue date du compositeur qui est un de ses membres fondateurs, est idéale.

Serge Martin, 20 mars 2013

 

UP

CD : « KDGhZ2SA, a Six-Letter Sufi Word » impose un véritable maître de la couleur et du temps, Jean-Luc Fafchamps - brunoserrou.blogspot.com

Pianiste impressionnant d’habileté et de panache, pilier du remarquable ensemble belge de musique contemporaine Ictus dont il est l’un des membres fondateurs, Jean-Luc Fafchamps est l’un des compositeurs belges les plus représentatifs. [...]

Depuis 1999, Jean-Luc Fafchamps travaille sur un vaste cycle « ouvert » qui puise son inspiration dans la symbolique mystique des vingt-huit lettres de l’alphabet Soufi et de l’incantation de la Da’Wah. Le compositeur en est aujourd’hui à  13 lettres. Il lui en reste donc quinze, comme il se plaît à  en convenir... Conformément à  la charte soufie qui attribue des caractéristiques propres aux différentes lettres, Fafchamps est en train de réaliser une véritable ode à  chacune des composantes de l’alphabet arabe. Le compositeur, lors d’exécution de ses pièces en concert, les agence de façon aléatoire pour former un mot. Ce « work in progress » a déjà  donné lieu à  un certain nombre d’exécutions, six de ces pièces font l’objet du présent disque. Etrange univers où se tissent d’incroyables jeux de correspondances et de rébus... Cet enregistrement réalisé au cours d’un concert donné le 16 mars 2006 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles lors du Festival Ars Musica réunit six lettres arrangées pour former le mot KDGhZ2SA. « J’ai abordé les lettres comme des oracles ouverts », convient Fafchamps, qui a conçu un oracle tel des paramètres symboliques propres aux lettres. 

K (Kà f) et A, qui ouvrent et concluent respectivement le disque sont les premières pièces pour grand orchestre écrites par Fafchamps, qui atteste d’entrée d’un incontestable talent de symphoniste. Loin de tout sectarisme intellectuel et musical comme de toute complaisance néo-tonale, à  l’instar de l’ensemble dont il est membre qui le conduit à  fréquenter assidûment toute la musique de notre temps, Fafchamps démontre une puissance d’inspiration et une maîtrise des masses instrumentales extraordinaires, un souffle épique mêlé d’un raffinement de timbres et d’harmonies stupéfiant. K (2005-2006) est une pièce d’une douzaine de minutes au mouvement luxuriant, aux sonorités opulentes, denses et nacrées, ponctuée de gestes orchestraux décalés, inattendus, porteuse d’une sensualité exubérante. Créé en mars 2006 dans le cadre du Festival Ars Musica de Bruxelles, A associe Ictus et l’Orchestre National de Lille en un enchaînement de péripéties rutilantes qui conduit à  une singulière cadence métronomique des cordes de l’orchestre sur fond de solo de caisse claire. Créé dans le cadre du Festival Musica de Bruxelles en mars 2006, Z2 (Z2Dà d) est un virevoltant concerto de huit minutes pour hautbois et ensemble (flûte, clarinette, piano, percussion et quintette à  cordes) se présentant tel un intermède au milieu de ses voisines plus graves ou plus imposantes. Chaque pièce impose une ambiance propre, les pages pour ensemble faisant alterner des atmosphères très tranchées, du répétitif D (Dà l) pour clarinette, percussion, piano et trio à  cordes (2002) à  la force envoûtante de S (2000) en passant par le lent et obsédant Gh (Ghain) pour flûte, hautbois, clarinette, saxophone, cor, deux percussions et quintette à  cordes, page la plus développée du CD (16mn) créée en 2004.

Tandis que ces deux œuvres gorgées d’inventions plus spectaculaires les unes que les autres qui les placent dans la continuité de Varèse et de Xenakis sont habilement interprétées par l’Orchestre National de Lille dirigé avec vigueur et conviction par Peter Rundel, les quatre autres pages, pour effectifs plus concis, sont magistralement défendues par l’Ensemble Ictus, actuellement en résidence à  Lille. 

Soixante-dix minutes de pure joie musicale, avec six merveilles sonores et d'onirisme agrégeant frénésie symphonique et intimité chambriste qui imposent un maître du temps et du timbre digne d’un peintre magnifiant une palette infinie et luxuriante qu’il agence avec un art singulier dont seul est capable un artiste de haut rang. 

Bruno Serrou, mardi 8 janvier 2013

 















UP

Les 50 ans de Musiques Nouvelles à  Bruxelles - L'esprit pionnier - www.concertclassic.com

[...] Jean-Paul Dessy dirigeait vingt « créations éclairs », vingt œuvres nouvelles célébrant en cinquante secondes chacune les cinquante années de Musiques nouvelles. Une gageure sans doute, mais qui s'avère une belle réussite. [...] On pourrait y relever [...] quelques remarquables propositions (le mouvement « explosé » de Jean-Luc Fafchamps dans Ex abrupto) [...]. 

Jean-Guillaume Lebrun, 18 décembre 2012

 

UP

Musiques Nouvelles, doyen des ensembles voués à  la musique contemporaine, a célébré ses 50 ans à  Bruxelles - brunoserrou.blogspot.com

[...] une partition collective en vingt parties intitulée 20 Créations éclairs, 50 Secondes pour 50 Ans. Cette œuvre-anniversaire a réuni autour de Jean-Paul Dessy dix-neuf compositeurs belges ayant plus ou moins franchi le cap de la cinquantaine. Excellente opportunité pour eux de concevoir des alla breve pouvant déboucher sur des œuvres de plus large envergure. Chacun des compositeurs a contribué avec talent à  ce projet, faisant preuve d’originalité et de singularité [...]. La pièce la plus impressionnante a été Ex Abrupto de Jean-Luc Fafchamps, par ailleurs membre de l’autre remarquable ensemble belge Ictus, actuellement en résidence à  l’Opéra de Lille, œuvre d’une mobilité et d’une puissance ensorcelante supérieurement orchestrée. 

Bruno Serrou, 9 décembre 2012

 

UP

20 partitions de 50 secondes en création - Le Soir

20 partitions d’environ 50 secondes, commandées à  20 compositeurs belges dont l’enchevêtrement va produire de séduisants jeux de contrastes. [...] une volonté évidente des créateurs d’intéresser leur public : on séduit [...] ou on interpelle tel le très éruptif « Ex abrupto » de Fafchamps, sans doute l’œuvre la plus saisissante de la soirée. 

Serge Martin, 8 décembre 2012

 

UP

Création de la Lettre Soufie: Kh, World Music Days, Transit - www.kwadratuur.be

Voor het laatste werk van het concert werd opnieuw een beroep gedaan op een Belgische componist. Reeds twaalf jaar werkt Jean-Luc Fafchamps aan zijn ‘Lettres Souffies’, een reeks van achtentwintig composities, elk losjes geïnspireerd door en genoemd naar een letter van het Arabische alfabet. ‘Letter Souffie: Kh(à )’ voor strijkkwartet en elektronica beleefde in Leuven haar creatie en bleek in de lijn te liggen van Fafchamps andere ‘Lettres’. Een spel van harmonie en kleur bepaalden het verloop van het werk, van de ijle hoogte en de schaamteloos consonante fragmenten tot de filmische grootsheid waarin zelfs een strak afgelijnde en regelmatige metriek opdook.
De stevige afmetingen van deze passage werden nog verder opgevoerd door de in stereo-effect ronddraaiende elektronica. Als een wind waaide het geluid van links naar rechts waardoor de klank ruimtelijke dimensies kreeg. Op andere momenten liet de elektronica strijkergeluiden horen, al dan niet met volwaardige harmonieën in. Nieuw was het procedé allerminst te noemen, maar het kon wel tellen qua efficiëntie bij de akoestische muziek die Fafchamps gecomponeerd had. Net als Buyl zorgde Fafchamps zo voor een integere toegankelijkheid die van ‘Letter Souffie: Kh(à )’ een potentiële crowd pleaser maakt: muzikaal amusement van het betere soort.

Koen Van Meel, 29 oktober 2012

 

UP

Création de la Lettre Soufie: Kh, Transit festival - De Standaard

Het Danel kwartet creëerde twee werken die uiterst tegengestelde benaderingen opzochten. [...] Daarnaast was Lettre Soufie Kh(a) van Jean-Luc Fafchamps de exuberantie zelve, maar de barokke stroom van melodische gestes en elektronische lagen was zo trefzeker opgebouwd dat het een genot werd je erin te laten meesleuren.

Maarten Beirens, dinsdag 30 oktober 2012

 

UP

CD "KDGhZ2SA" - www.kwadratuur.be

[...] Wie zijn hedendaagse muziek graag messcherp en “experimenteel” heeft, zal in de muziek van Fafchamps teleurgesteld zijn. Wie louter op zoek is naar lichte, postmoderne klassiek die vooral in Hollywood op gejuich onthaald wordt waarschijnlijk nog meer. Toch weet de componist hier een mooie balans te vinden die toegankelijk, relevant en geloofwaardig blijft, waarvoor hij echter ook de uitvoerders dank verschuldigd is. Hoewel live opgenomen (tijdens Ars Musica 2006) heeft de cd nergens last van de tamme wolligheid die zo vaak bij uitvoeringen van moderne orkestmuziek te horen is. De verdienste hiervoor komt op rekening van het Orchestre National de Lille met Peter Rundel en het Ictus Ensemble [...].

Koen Van Meel, 17 augustus 2012

 

UP

The mysticism of sound and music - www.overgrownpath.com

[...] Hazrat Inayat Khan also teaches the importance of wazifa - "the power of the word which works upon each atom of the body, making it sonorous, making it a medium of communication between the external life and the inner life". Jean-luc Fafchamps (b. 1960) wrote his Sufi Word for ensemble and orchestra despite the composer's admission that "I am not a Sufi, or even Muslim and I do not speak Arabic". [...] This recording is endowed with enough low frequency vibrations to satisfy both Hazrat Inayat Khan and those who think classical music should turn up the bass.[...] Some may think that Sufi Word takes Hazrat Inayat Khan's injunction that sound alone is free from form too literally. But Jean-luc Fafchamps is one of those musical explorers who cuts handholds that are sometimes beyond the reach of mere mortals, thereby providing a challenge to extend a puny reach that otherwise threatens to atrophy in today's ruthlessly moderated culture.

Pliable, July 30, 2012

 

UP

CD "KDGhZ2SA, A Six-Letter Sufi Word" - Foxy digitalis

For ten years Belgian composer Jean-Luc Fafchamps has written music inspired by and named after the 28 letters of the Arabic alphabet. He has now written pieces for 13 letters. Fifteen letters still remain. 

[...]

Once you have letters you can make words, and this recording from a 2006 concert the Palais des Beaux-Arts consists of six of Fafchamps' letter compositions arranged to spell the word KDGhZSA. Referring to the letters, Fafchamps says "I approach them as open oracles." As do I, the listener. But, for the composer, the oracular is sought in the letters' symbolic parameters- an instance of creative limitation as creative catalyst. For the listener, though, the oracular is present in the compositions themselves, meaning that the mystery is transmitted by the composer and given form while remaining miraculous.

I'm purposefully limiting my discussion to the composer's method of operation. Due to my limitations as a reviewer with regard to orchestral and symphonic music, I'll not going to go into great detail about how this record sounds, beyond saying it is an incredibly chilling, atmospheric, and dynamic achievement. There is also a great sense of mystery at play, which I would rather not dissect too critically. So, it is with a sense of respect for Fafchamps creative triumph and for the mystical logos that is its influence that I wholly recommend we listen to what is here spoken.

Mike Pursley, June 28, 2012

 

UP

CD KDGhZ2SA, a Six-Letter Sufi Word - PopMatters (USA)

Belgian composer Jean-Luc Fafchamps writes in an appealingly post-everything style, with diatonic minimalist gestures butting up against wheezy microtonal drones and so forth. Fafchamps’s latest muse is the Arabic alphabet, specifically a Sufi chart assigning certain characteristics to the various letters; he’s in the midst of writing an ode to each letter. This progress report documents a concert performance of his first “word”, which is—how about that?—paced like a concert.

“K” opens the show with big, gregarious horn fanfares, string flourishes, and heavy percussion; the lighter “D” contrasts pinched ostinatos with colorful clarinet and percussion runs. “Gh” slows everything down to a 14-minute gasp before a distorted oboe concerto and pastoral woodwind feature carry us through to the brawling open-form finale, which incorporates some of what we’ve already heard. Despite the conventional shape of the program, the individual “letters” don’t develop like musical narratives; they communicate a sense of stasis, even as their unique timbres and effects keep them revolving in your mind’s eye.

Josh Langhoff, May 25, 2012

 

UP

CD Mot Soufi en six lettres, Orchestre National de Lille, Ictus, Peter Rundel - La Libre.Be

Reprenant la création live de la première grande œuvre symphonique de Jean-Luc Fafchamps (Ars Musica 2006), le présent CD, soigneusement remastérisé, en restitue tout le mystère et l’éclat. Selon la vision du compositeur, chacune des six lettres soufies en présence - premières élues d’un alphabet destiné à  être entièrement mis en musique - confère au mouvement qui lui est dévolu un effectif et un ensemble d’attributs symboliques au sein desquels Fafchamps s’en donne à  cœur joie. Avec, au final, six merveilles sonores et poétiques, alternant l’ivresse symphonique à  la confidence chambriste - par la grâce d’Ictus - et portées par un Peter Rundel souverain.

Martine Dumont-Mergeay, mars 2012

 

UP

Meet the new maestros, solo on the piano - The National

...It also courts seriousness and solemnity. Both figure highly in a recording of the composer Morton Feldman's Triadic Memories, written in 1981 and reconfigured for a new release in recent months on the Belgian label Sub Rosa. Played by Jean-Luc Fafchamps, the solo piano in Feldman's soft, spare, suggestive piece sounds almost like it's talking to itself about the roles of patience and perseverance within its own chosen cloistered existence.

Its soundings also serve as a replacement for an earlier issue of the same piece by the same pianist, released in 1990, that was made according to an early draft version of the score that was subsequently corrected a few years later. The revised score, Fafchamps writes in the liner notes, featured a "tiny notation detail" that had "tremendous consequences on the form of the composition" and he could no longer live with the earlier recording. "I was mortified," he confesses. So Fafchamps returned to Triadic Memories to do it again, on the same piano with the same recording engineer and the same basic approach to Feldman's aesthetic that he had employed a decade earlier...

Andy Battaglia, March 2nd, 2012

 

UP

CD Triadic Memories by Morton Feldman, corrected version - Dusted Magazine

At some point, all but the most obsessive completists have bemoaned a reissue. And for good reason: most of the time, it’s just not necessary. Honestly, how many iterations of Bitches Brew do we really need? Furthermore, how far down the repress line does one have to go to get the definitive version? In short, how many fucking times do I have to buy Bitches Brew? Chances are there’s a reason why Wayne Shorter’s “Feio” wasn’t on it to begin with. Of course, we all know why this happens. The curious sad sacks who, a decade ago, clung to Moz’s Bona Drag the first go ’round are the same smug sacks who likely snatched up a hard copy for their nephew last October. Times are tough; we get it. That said, it’s hard to have any real sympathy for the record industry when Wire has to recall their first three re-dos because EMI’s add-ons failed to “honour” the "conceptual clarity of the original statements."

But at least with pazz and jop, there are a seemingly infinite number of titles with which to refill the coffers. Classical music, on the other hand, isn’t nearly as resourceful. It simply lacks the catalog. That doesn’t imply that the blue hairs are any less greedy, though. I don’t have the numbers in front of me, but they must be approaching something like a million recordings of Beethoven’s Fifth in the public record. And for every brilliant rendition by Kleiber or more historically informed performance from Roger Norrington, there’s at least a thousand and one stinkers from community pickup bootlegs to nameless, ad hoc ex-Soviet orchestras. It’s a huge problem, endemic even. And save for a few boutique labels and vanity distros, it ain’t gonna get any better. Whatevs, their loss.

Obviously, there are exceptions. To wit, I never tire of hearing the newest kids in the chamber tackle Pierrot or anything by Kagel. But as far as black notes on a white page go, we should all know by now how Mozart’s Eine kleine Nachtmusik goes. But what if those notes weren’t right to begin with? Just as infamous for alienating audiences is modern composition’s propensity for erased erratum. Hell, Pierre Boulez has been writing since the ’40s, and I doubt any of his scores are yet considered urtext. They may never be. True, Morton Feldman’s intuitively epic works are a series of oceans away from Boulez, in that they aren’t so much sovereign notes on an implacable page as they are formal suggestions in the compositional ether. And yet, he, too, wasn’t perfect.

Apropos, we have the present re-recording of Triadic Memories. Belgian pianist Jean-Luc Fafchamps’ 1990 rendering of Feldman’s late-period solo saga has long been considered definitive. There are others -- a too tentative disc from Roger Woodward, who shares one-half of the original dedication page, and Marilyn Nonken’s too protracted 90-minute version -- but Fafchamps’ was one of the first and remains the gold standard. And as he notes in the liners, his first committing of the piece for Sub Rosa stands as is -- there is nothing qualitatively “wrong” with it. Nevertheless, as he goes to Feldman-like lengths himself to explain, back then, he was working from an imprecise score. Long story short, Universal Edition had published major sections of Triadic Memories sans repeats, some of which Feldman wanted reheard up to 11 times. And for those familiar with Feldman’s idiosyncratic forest of numbers and signs, the repeat less travelled can make all the difference in the wood.

Thus, as Fafchamps saw it, Triadic Memories had to be “reissued.” It was just the right thing to do. (Upon seeing the “corrected” score only a year after his initial recording, Fafchamps admitted, “I was mortified.”) And all props to him here for recreating the original setting, laboratory-style, as best as possible. Using the same instrument, the same recording engineer, Jean-Luc Fafchamps has done something very few musicians get to do: re-record a substantial work in the canon, years removed, that’s better and more faithful than the original outing...and yet still sounds all their own. Comparisons to Glenn Gould’s re-up of his ’55 Goldberg Variations are apt, but just as Feldman is certainly not Bach, likewise, Fafchamps is no Gould. Here, it’s not a matter of markedly different style or radically altered approach, but instead one of intent. If pressed, however, I would venture that Fafchamps’ Feldman 2.0 is perhaps only a smidge slower this time -- though, once again, not nearly as funereal as Gould’s Bach reprise of 1981.

With Morton Feldman, traditional notions of tempi and duration cease to matter anyway. Triadic Memories is an intentionally disorienting piece for performer and listener alike, composed only to scatter the structures of what was then considered Western art music in a post-Cage New York City. Ultimately, what Fafchamps improves upon with this recording is furthering Feldman’s unique notion that repetition -- be it 3, 4, 5, 7 or even 11 times -- needn’t be a tool of stasis and clarification. Unlike downtown New York’s first-wave minimalists who bludgeoned you into submission, at its finest hour -- and in its finer hands -- like the nomadic rugs and Rothkos Feldman so adored, repetition has the power to unshackle the pure from the pure merely signified. And in my book, that kind of wisdom is cause enough for any reissue, at any price.

Logan K. Young, May. 31, 2011

 

































UP

Création de Cerdis Zerom - Le Soir

Musique Ars Musica fait pleuvoir des mélodies belges en créations mondiales

Le bouquet final est offert par Jean-Luc Fafchamps : un sonnet Cerdis Zerom de Marc Papillon de Lasphrise (si, si, il existe ce poète du XVIe !), en langue inconnue (verlan codé ?) mais d’un érotisme qui perce par tous les pores... jusqu’à  l’orgasme du chant mitonné par le compositeur. Une partition qui puise en catimini aux couleurs du XVIe siècle, avant de s’envoler vers un XXIe éclaboussé d’humour. Quel régal !

Michèle Friche, mars 2011

 

UP

Création de la Lettre Soufie L - classiqueinfo.com

Fafchamps et Lalo dans une soirée poétique à  l’OPL

Dans le cadre des festivités de son cinquantenaire, l’OPL a demandé des œuvres originales à  huit compositeurs belges, donc Jean-Luc Fafchamps qui a honoré cette commande avec Lettre soufie : L(âm) créée en ouverture de cette soirée.

Pour la brochure, le compositeur a rédigé un texte explicatif assez complexe, et qui aurait plutôt tendance à  rebuter l’auditeur. Très franchement, la musique de Jean-Luc Fafchamps n’a pas besoin de tout ce corpus explicatif pour convaincre, et même pour séduire. Après deux ou trois premières minutes un peu arides, au climat chargé d’électricité et de frottements dissonants, l’atmosphère de la pièce s’aère et s’allège, pour faire alors entendre des harmonies complexes mais raffinées et des textures instrumentales lumineuses, à  l’effet agréablement hypnotique. Ces bruissements célestes sont conclus par un solo de flûte évanescent, au pouvoir merveilleusement évocateur, mais c’est toute l’œuvre qui se révèle prenante, développant un discours musical puissant, poétique et spirituel qui ne se résume pas à  un catalogue d’effets techniques gratuits.

Fafchamps a beau donner dans son texte introductif des apparences aléatoires à  sa composition, son œuvre traduit plutôt une volonté déterminée et cohérente qui ne doit rien au hasard, mais qui progresse au gré d’une structure puissante et solide, qui ne cache rien des beautés d’une musique mystérieuse, élégiaque et inventive.

Richard Letawe, janvier 2011

 

UP

Création de Back to the sound - Le Soir

Vingt-quatre fois Jean-Luc Fafchamps

Renoncer au concours de composition pour directement passer commande à  des compositeurs reconnus a changé le statut des imposés du Reine Elisabeth. Inutile de changer de poste quand survient Back to The Sound. Même répété 24 fois, cette semaine, par tous les demi-finalistes de cette édition piano, il y a toujours des découvertes à  la clef et une gourmandise sonore revendiquée par son auteur. L’œuvre résonne, vibre, joue des couleurs et d’infinis tours de passe-passe rythmiques. Elle multiplie les surprises plus que les embûches.

Cet imposé est destiné à  refermer un triptyque débuté en 1998 avec Back to the Voice. Ce sont trois points de vue associés à  mon expérience de jeunesse au piano, explique Jean-Luc Fafchamps. Pour moi qui écris surtout de la musique infra-chromatique et micro-tonale, retourner au piano signifie toujours revenir à  quelque chose : la polyphonie, le contrepoint et Bartók pour Back to the Voice ; une musique antirépétitive au sens strict pour Back to the Pulse, à  la demande du pianiste Jean-Philippe Collard-Neven, et à  présent Back to the Sound. C’est un curieux triptyque, dont l’ordre des mouvements est laissé au choix de l’interprète, ouvrant ainsi des développements inattendus.

Cette production rejoint la réflexion de Fafchamps distillée, depuis 2000, dans ses somptueuses Lettres soufies : un système de cycles, mis en réseau par des correspondances analogiques. C’est frappant dans Back to the Sound. L’œuvre présente deux thèmes bien identifiables. Mais ils se développent et se croisent au point de quasiment s’intervertir. J’ai découvert que ce traitement de la matière crée un espace d’incertitude qui peut déboucher sur quelque chose de différent – ou comment la transformation des formes peut être reconnue par la mémoire tout en débouchant sur un autre imaginaire.

Le compositeur se revendique de Debussy pour la cause et de ses successeurs spectraux, en reprenant de ces derniers les artifices sonores, comme les fascinants sons de cloche, la prise de tête en moins. Cet hédonisme sonore, quasi onirique, gagne aussi le rythme. L’écriture multiplie les changements de mesure et les subtilités rythmiques, mais le résultat s’apparente davantage à  une gestion organique du flux. Attention, ce n’est pas n’importe quoi, prévient-il. Cela départage les candidats.

à€ charge pour eux de décrypter tous ces éléments et de les restituer en un tout cohérent. Ce fut le plus grand travail : que chaque variation soit ouverte sur la suivante. Et cela demande un travail de la part de l’interprète pour donner à  l’ensemble son unité, pour imaginer chaque salve comme la composante d’un tout.

Xavier Flament, mai 2010

 

UP

Création de Back to the sound - La Libre Belgique

Chic ! un imposé qui groove

Deux Mozart un peu ternes, mais deux récitals passionnants. Et un passionnant imposé de Jean-Luc Fafchamps, Back to the sound ... La candidate russe assure ensuite dans Back to the sound, l’imposé 2010 : sous ses doigts transfigurés (et de mémoire !) on découvre la pièce de Jean-Luc Fafchamps tour à  tour rêveuse, percussive, fantasque, charmeuse. Une œuvre technique et virtuose, exigeante pour l’interprète tant par sa virtuosité que par la précision minutieuse de ses indications, mais passionnante pour l’auditeur : une vraie révélation, qu’on se réjouit déjà  de réentendre 23 fois et qui mérite d’entrer au répertoire.

Hommages en tous genres

Pour les sélections en finale, la technique l’a emporté sur l’inspiration. L’œuvre imposée, elle, restera parmi les meilleures des annales du Concours ... Coup de chapeau ... aussi et surtout à  Jean-Luc Fafchamps, compositeur d’une œuvre imposée qui restera sans conteste parmi les meilleures des annales du Concours, et qu’on aimerait même retrouver au répertoire "normal" des pianistes : la chose n’est pas si fréquente dans ces œuvres de commandes requises par le Concours.

Nicolas Blanmont, mai 2010

 

UP

Création du Mot Soufi YZZZS - Le Soir

Un souffle belge rafraîchit Ars Musica

Le soir, Ictus nous ramenait le deuxième mot soufi de Jean-Luc Fafchamps. On connaît désormais la technique : le compositeur écrit plusieurs lettres dont l'assemblage forme un mot : ici YZZZS. Etrange univers où se tissent d'incroyables jeux de correspondances. Au centre, trois dialogues instrumentaux : deux, réservé au trombone (excellent Alain Pire) et à  l'alto (subtiles alliages de timbres de Jeroen Robberecht) engendrent un dialogue de l'instrument avec lui-même via l'électronique en temps réel. Le troisième, confié au hautbois persifleur de Piet Van Bockstal, prend l'allure d'un mini-concerto un peu sacrilège. Fafchamps nous subjugue par son talent d'agenceur de timbres. Voilà  un compositeur qui a vraiment le sens de la couleur et de la matière symphonique dont il parvient à  recréer l'illusion avec les composantes fort modestes d'un petit ensemble.

Serge Martin, mars 2010

 

UP

CD ...Lignes... - Le Monde de la Musique

La musique du Belge Jean-Luc Fafchamps, pianiste remarquable, signataire d’enregistrements mémorables (en solo ou avec l’ensemble Ictus) de Lindberg, Reich, Harvey, a gagné en ampleur comme en diversité. Fafchamps manifeste de l’intérêt pour les systèmes non tempérés, pour les constructions paradoxales, pour l’électronique.

Les désordres de Herr Zœubius, pour quatuor à  cordes, font une allusion ironique à  la bande dessinée (Blake et Mortimer). Le geste, inventif, dynamique et imprévisible, se trouve amplifié par l’excellent Quatuor Danel.

La Lettre Soufie cache une sorte d’incantation secrète fondée sur une théologie numérique. Ce symbolisme complexe inspire aussi bien l’écriture instrumentale, riche en couleur insolites, que le travail électroacoustique. Ces vagues sonores sont efficacement portées par des interprètes à  l’imagination remarquable : Vincent Royer à  l’alto et Jean-Philippe Collard-Neven au piano.

Dans Back to the voice, le style pianistique traduit une vocalité souterraine, comme dans Bryce, où la facture solide du quatuor n’envahit jamais l’esprit singulier de la clarinette soliste.

Costin Cazaban, novembre 2008

 

UP

CD ... Lignes... - Crescendo

Entre 1996 et 2003, Jean-Luc Fafchamps a surtout écrit des œuvres pour des formations restreintes et, selon ses propres mots, "volontiers classiques". Il y en a quatre sur ce CD, mais aucune d'entre elles n'est assortie d'un titre qu'on pourrait qualifier de classique: Les Désordres de Herr Zœbius pour Quatuor à  cordes, Back to the Voice pour piano, Bryce pour clarinette et quatuor à  cordes et Lettre Soufie: Z(1) pour alto, piano et électronique. La première est un des très rares exemples de Quatuor inspiré par une bande dessinée parodique dont les principaux peronnages portent les noms de Block et Martimer. Divisée en quatre parties comme il se doit, elle est à  la fois suave, envoûtante et sauvage et se présente comme une des plus brillantes réussites du genre, au cours de cette dernière décennie. Au surplus, le Quatuor Danel (Marc et Guy Danel, Gilles Millet et Vlad Bogdanas) en donnent une interprétation remarquable. En écoutant les trois autres pièces, on sent que Jean-Luc Fafchamps aime les contrastes, les disparités, les tensions, si ce n'est les dissidences, et parfois jusqu'au paroxysme - des traits qui confèrent à  ce qu'il faut bien appeler sa musique de chambre une très haute tenue. Et on sent également qu'on a affaire avec lui à  un compositeur habité par son art. Contrairement à  ce qu'on pourrait penser, ce n'est pas monnaie courante.

Jean-Baptiste Baronian, octobre 2008

 

UP

CD ...Lignes... - Le Soir

Pianiste renommé, Jean-Luc Fafchamps est aussi l’un de nos compositeurs les plus inspirés : les concerts où l’on a l’occasion d’entendre sa musique se révèlent souvent passionnants. ... Une occasion à  ne pas manquer de découvrir un univers sonore riche, complexe et séduisant. 

Michel Debrocq, 2008

 

UP

Création de la Lettre Soufie Z3 - Les cahiers de l’Acmé

Après la pause, Lettre Soufie : Z3 (Dhal) de Jean-Luc Fafchamps introduit le trombone, et le trombone introduit la pièce. Une de ces pièces qui se font plus palpables au fur et à  mesure de leur avancement. Une première partie au trombone seul, posé, doucement modulé par le filtrage de la sourdine, après quoi l’enregistrement du même se fait entendre, l’instrumentiste venant le pimenter de quelques touches. Peu à  peu l’interaction entre enregistrement et direct se fait plus intime. Quelques notes doublées à  la suite immédiate de l’instrument jettent le trouble, ce que l’on croyait être un système des plus évidents ne l’est pas tant que ça. D’autres couches surviennent avec des décalages et longueurs variées. Des filtres font l’écho à  la sourdine du début et élargissent le spectre dans les extrêmes grave et aigu. On gagne en surprises et ambiguïté poétique en même temps que des liens se créent.

Daniel Perez, mai-juin 2007

 

UP

Mot Soufi KDGhZ2SA à  Ars Musica - Crescendo

Ars Musica 2006... Fafchamps travaille depuis sept ans à  un vaste cycle « ouvert » inspiré par la symbolique mystique de l’alphabet Soufi... « K » et « A », qui respectivement ouvraient et clôturaient la soirée, font appel pour la première fois au grand orchestre au complet : elles révèlent, et pour moi confirment, un véritable symphoniste de toute première grandeur. A l’écart de tout sectarisme intellectuel ou structuraliste comme de toute complaisance néo-tonale nostalgique, Fafchamps affirme une puissance et une maîtrise rares ; un souffle véritablement épique, dans ces pages d’un raffinement de timbres et d’harmonies qui subjuguent, et qui suscitèrent d’ailleurs un rare triomphe.C’est bien la maîtrise de ces deux éléments de langage qui sont cause de cette totale réussite, preuve en soit les quatre autres pièces aux effectifs plus modestes, excellemment défendues par l’Ensemble Ictus, et dont faisait partie l’autre création mondiale, « Z », bref « mini-concerto », sorte d’intermède, Scherzo au milieu de ses voisines plus graves ou plus imposantes. Une grande heure et demie de pure joie musicale, en l’absence – hélas ! – de la presse internationale, trop prompte à  dénigrer l’ensemble d’une manifestation dont elle aura manqué un moment essentiel...

Harry Halbreich, mai-juin 2006

 

UP

Mot Soufi KDGhZ2SA à  Ars Musica - Le Soir

Fafchamps à  la conquête de l’absolu.... En musique, la liberté totale n’est pas la seule voie de salut. C’est la démarche suivie par Jean-Luc Fafchamps dans son cycle des « Lettres Soufies », inspiré par la méthode d’incantation de la Da’Wah. Notre compatriote donnait ce jeudi 16, au Palais des Beaux-Arts, le premier mot complet de ce cycle. Ce fut sans doute le concert le plus fascinant d’Ars Musica. parce qu’il pose autant de question qu’il en résout. Chaque pièce impose une ambiance très caractéristique, les pages pour ensemble faisant alterner des atmosphères très tranchées, de la force explosive de « S » au lent envoûtement de « Gh », des surgissements cinglants de « Z » aux plus prévisibles répétitions de « D ». Elles étaient entourées de deux vastes partitions pour grand orchestre, dans la lignée de Varèse ou Xenakis. Le résultat est impressionnant et les trouvailles d’orchestration fusent...

Serge Martin, mars 2006

 

UP

Mot Soufi KDGhZ2SA à  Ars Musica - La Libre

« Lettres Soufies », public tout ouïe. Création spectaculaire, signée Jean-Luc Fafchamps, avec un mot Soufi.... même sans mode d’emploi, ni initiation à  l’ésotérisme Soufi, sa musique a bien atteint sa « force de persuasion énigmatique », bonheur des sens en plus... Les musiciens proposèrent donc six lettres, de formes et de contenus très différents mais unies entre elles par une même splendeur sonore, un art de la perspective, un goût du rêve, un appel à  l’espace et, couronnant le tout, une maîtrise orchestrale époustouflante. Ca, c’est de la musique ! K ... fit l’ouverture : c’est une vaste pièce aux mouvements amples, aux sonorités opulentes, tour à  tour compactes ou irisées, hérissées de gestes orchestraux décalés, surprenants, parfois stravinskiens, porteuse d’un monde sensoriel ouvert et foisonnant... D, confié à  Ictus,... offre une écriture implacable, à  la fois sinueuse et rythmique, dont le double mouvement fait circuler un perpetuum mobile entre les instruments, jusqu’à  former un processus collectif de plus en plus intense et bientôt unifié. Gh, ..., propose, sur un tapis sonore chuintant, une succession de thèmes plaintifs, lancinants, passant insensiblement de la douleur à  la consolation – ressac, souffle, envol, silence. Z, vrillé par le hautbois strident de Piet Van Bockstael, est « terrible », à  coup sûr : harcelant et... grisant. S, ..., s’ouvre dans un tremolo aquatique... A, enfin, rassemblant Ictus et l’orchestre, offrit la pièce maîtresse en création : ... avec une succession de péripéties éblouissantes ... conduisant à  une incroyable respiration « ad libitum » de l’orchestre sur fond de solo de caisse claire : Rundel range sa baguette, semble se détacher de l’affaire, jusqu’à  ce que, venu de nulle part, surgisse un éclat paroxystique... Fin. Pour cette fois. Il y aura d’autres mots, peut-être avec les mêmes lettres...

Martine Dumont-Mergeay, mars 2006

 









UP

Lettre Soufie Z1 à  Ars Musica - Le Soir

Un bilan à  la fin du festival de musique contemporaine : Ars Musica a privilégié les découvertes....Quelques bonnes nouvelles aussi du côté belge, notamment dans le beau concert de l’altiste Vincent Royer et du pianiste Jean-Philippe Collard : ... l’étonnant Z de Jean-Luc Fafchamps où le dialogue avec l’électronique distille un exotisme de l’étrange.

Serge Martin, mars 2005

 

UP

CD Melencholia si... (réédition) - Le Monde de la Musique

Au premier mouvement, noyade sublime dans un mystère insondable, on préférera tout de même les mouvements 2 et 4 de Melencholia Si..., plus accessibles...Umherliegende Objekten, le second mouvement, commence et s’achève avec de très toniques mouvements d’imitation du piano et des percussions. Cet assemblage de sonorités nous fait toucher enfin le rêve de Bartok : transformer le piano en instrument à  percussion. Cast a cold eye, contient un furieux mouvement ascendant du piano. Ce dernier est d’une telle longueur, d’un telle souffle (en réalité, il structure presque tout le mouvement) qu’il semble enfin incarner les expériences de mouvements mélodiques perpétuels de Jean-Claude Risset. (A Garden) Le compositeur parle d’ « ésotérisme et d’humour noir » dans sa musique. On ressent bien ici le second de ces éléments ... dans ces sonorités graves et grinçantes, ces montées cancanantes du cor anglais ou barrissantes du cor. Le dernier mouvement accentue encore, mais sans lourdeur, ce « devenir animal », comme eût dit Deleuze, des instruments. Fafchamps parvient à  préserver l’impression d’un ordre mystérieux dans les cacophonies les plus joyeuses. On ressent toujours la présence souterraine d’un « maître du jeu », un soupçon de stravinskisme. Voilà  un style réellement très original et maîtrisé. Poétique et drôle, et en tout cas une excellente surprise.

Jacques Amblard, janvier 2005

 

UP

Création de la Lettre Soufie Gh - Crescendo

Ars Musica 2004... tandis que l’inspiration de Jean-Luc Fafchamps est plus grave, plus complexe et sans doute plus profonde, à  en juger par une grande pièce pour ensemble, Lettre Soufie Gh, qui clôturait le concert de Musiques Nouvelles... Cette pièce révèle une réelle nostalgie de l’orchestre...

Harry Halbreich, juin 2004

 

UP

Création de la Lettre Soufie Gh - Le Soir

Ars Musica, ou les pigments d’un vitrail de découvertes... Lors d’un superbe concert donné par Musiques Nouvelles mardi au Marni,... la « Lettre Soufie » (Gh) de Fafchamps a témoigné d’un sens abouti de l’instrumentation, sa lenteur un peu obsédante y vibrant de timbres d’une authentique originalité...

Michel Debrocq, mars 2004

 

UP

CD Melencholia si... - L’Expressmag

Un titre poétique pour une musique contemporaine qui ne l’est pas moins. Car, pour rassurer les détracteurs du genre, les deux œuvres de Jean-Luc Fafchamps réunies sur cet album du petit label belge Sub Rosa ne sont ni agressives ni hermétiques.

F.E., février 2003

 

UP

CD Melencholia si... - Le Monde de la Musique

Cette recherche sur le timbre se poursuit avec A Garden... où Jean-Luc Fafchamps exploite la dynamique subtile et colorée des cinq instruments à  vent. La « virtuosité débridées » (Fafchamps) d’Un jardin est restituées avec talent par les membres de l’Ensemble Ictus, tout comme les interprètes de Melencholia Si... sont pénétrés par l’atmosphère mystérieuse que dégage la partition.

Frank Mallet, février 2003

 

UP

CD de United Instruments of Lucilin / Foster - La Libre Culture

Raffinées, de grande virtuosité technique, enregistrées en présence des compositeurs, ces pièces offrent des climats – et même des langages – très différents, ... avec, au centre, une perle : la « Lettre soufie » (D) de Fafchamps

Martine Dumont-Mergeay, 2003

 

UP

CD Melencholia si... - De Standaard

Voor wie de hedendaagse muziekscène een beetje volgt, zal Jean-Luc Fafchamps geen onbekende zijn. Als pianist is Fafchamps één van de vaste waarden van het Ictus-ensemble... Dan hij daarnaast ook een boeiend componist is, is minder bekend... A garden op de cd gespeeld door Fafchamps’ Ictus-kompanen. De subtiele klankpoëzie en een aan Ligeti verwant eclectisme leveren hier een indrukwekkend en persoonlijk resultaat op.

M.B., octobre 2002

 

UP

CD Melencholia si... - La Libre Belgique

Une œuvre maîtresse de Jean-Luc Fafchamps, caractéristique de sa manière à  la fois savante et sensuelle. On y retrouve son goût pour les percussions, piano compris, dont l’agogique irrépressible et les timbres diaprés bénéficient ici d’une interprétation incisive et poétique à  la fois. « A garden »... est d’inspiration plus fantasque, parfois burlesque, mais toujours habitée par cette dimension organique qui caractérise la production du compositeur, et sa passion pour le pur bonheur sonore.

octobre 2002

 

UP

Création de Fragments de Vaisseaux - La Libre Belgique

Jean-Luc Fafchamps se lançait, sur le même Cliff (Fragments de Vaisseaux), avec une orchestration large, des sonorités flamboyantes et un lyrisme quasi mahlérien...

Martine Dumont-Mergeay, mars 2002

 

UP

Fafchamps, élaboration sur impulsion - La Libre Belgique

Même si la musique de Jean-Luc Fafchamps semble jaillie en direct de sa plume, ou de ses doigts, elle est le résultat d'une succession de détours, pour la plupart involontaires et toujours déterminants

Les amateurs de danse, de piano, de création contemporaine, d'économie pure, de politique hospitalière, de chanson, de jazz, de variété, auront, chacun de son côté, et les plus synchrétiques des leurs, rencontré un jour Jean-Luc Fafchamps. Incontournable à  sa façon, pour autant que l'on procède par cercles distincts et limités, voici quelques années déjà  qu'il se concentre prioritairement sur le domaine de la composition. Deux de ses oeuvres sont en création au festival Ars Musica 2001: un quatuor à  cordes finement intitulé «Les Désordres de Herr Zoebius», le 20 (c'était hier), et une pièce pour soprano, violon alto, violoncelle et contrebasse, sur un texte d'Etienne Leclerq, «Puisque le retour», le 25. Rencontre.

C'est un garçon que l'on pourrait croire assez sombre sans la lueur d'humour qui danse dans son regard, et l'attitude de foncière bienveillance qui anime à  la fois ses propos et son contact. On le verrait bien comédien, ou philosophe à  la Sorbonne, ou sélectionné pour présenter la collection automne de H&M, belle allure en tous cas, haute taille, voix grave et douce, pensée courant à  la vitesse du laser et débit de même, sauf s'il s'agit des sentiments. Volontiers provocateur, il adore les paradoxes, soutenant tout et son contraire avec le même aplomb, à  moins, simplement, que le ton familier de son discours abaisse la vigilance de l'interlocuteur sur la hauteur et la complexité de sa pensée

Bruxellois, né à  Saint-Josse ten Noode il y aura bientôt quarante ans, Jean-Luc était le deuxième d'une famille de quatre garçons, position confortable paraît-il dans la mesure où on le laissait bien tranquille. «J'ai commencé le piano à  l'âge de six ans, mais c'était l'orgue qui m'attirait, j'en avais eu la révélation tout petit, c'était un choc physique, une entrée en transes. Puisqu'il n'y avait pas d'orgue à  l'académie, je me suis rabattu sur le piano et ça s'est plutôt bien passé, j'ai démarré avec les Mikrokosmos de Bartok, qui m'ont fait retrouver le plaisir physique déjà  éprouvé avec l'orgue, et le tempérament conciliant de certains de mes professeurs convenait parfaitement à  ma nature indisciplinée.»

Du côté du collège de Jean-Luc, ça semble avoir été amusant aussi, surtout dans le domaine du théâtre; la musique traîne un peu, les études cartonnent, Jean-Luc se retrouve diplômé d'humanité sans avoir fini l'académie, et sans possibilité de présenter l'examen d'entrée au Conservatoire. Pour tuer le temps, il fait les sciences économiques, notamment à  Saint-Louis, où il rencontre d'excellents professeurs de philo (Jean Florence et Alphonse Dewaelhens notamment) qui renforcent sa passion pour la spéculation intellectuelle; il réalise bientôt un brillant mémoire en économie pure sur «Les déterminants de coûts dans les hôpitaux généraux belges», qui lui vaut un prix interuniversitaire de 50.000 francs. Ce sera son seul salaire dans le domaine.

Car dans l'intervalle, et tout en poursuivant ses travaux économétriques, il a réussi à  s'inscrire au Conservatoire de Mons, dans la classe de Mikhaïl Faerman, célèbre broyeur d'ivoire et néanmoins premier prix du Reine Elisabeth, musicien chaleureux, physique, professeur à  peine plus âgé que l'élève, exemple plus fraternel que paternel de la dimension «naturelle» que Fafchamps voulait rejoindre à  tous prix: «Faerman a soutenu ma volonté d'en finir avec ce raffinement construit qui signerait la fin de la vie»

Et ce n'était pas tout. Une autre vie parallèle occupait notre futur compositeur depuis ses quinze ans: le rock, l'improvisation, dans un genre plus ou moins jazz, ainsi qu'une activité régulière d'accompagnateur de chanteurs. «C'est une expérience formidable (que je pratique toujours) parce que si le chanteur est bon et tenant compte que souvent les chanteurs n'ont pas de formation musicale , le pianiste peut se mettre au service d'une vérité directe, un peu comme Bartok a découvert les lois de la musique dans les musiques populaires hongroises.»

Mais comment vit-on quand on lâche l'économie pure pour une musique qui ne l'est pas? Fafchamps donnait de la tête de tous côtés, beaucoup de musique appliquée, un peu de musique dite pure quand même: il chantait dans l'Ensemble vocal de la RTBF («quand je fumais assidûment, je parvenais même à  atteindre le contre-mi»), il donnait des cours de piano en académie et des cours d'analyse musicale au Conservatoire de Mons, où il succéda à  feu Fernand Leclercq (et où il occupe aujourd'hui un poste de professeur). «Je garde un sentiment mitigé vis-à -vis de l'analyse musicale, cette façon de paraphraser la musique en utilisant un autre médium que la musique elle-même. Je crains que cette démarche favorise les techniques d'invention plutôt que les techniques de découverte Je m'explique: au XXe siècle, on s'est tellement gargarisé de l'idée qu'il n'y avait pas de nature qu'on en est arrivé à  une hypertrophie de l'invention; plutôt que de chercher dans l'ordre physique des choses ce qui pourrait justifier de nouvelles pistes, on a multiplié les systèmes arbitraires. L'école de Darmstadt, par exemple, s'est plus préoccupée de décerner des brevets d'inventeurs que de susciter la découverte, généralement taxée de naïveté parce qu'elle postule une idée de nature.»

Un jour, pourtant, Fafchamps a mis la musique «pure» au centre de ses activités; devenu membre (brillant) de l'Ensemble Ictus, il se familiarisa avec la création et s'orienta, en autodidacte, vers la composition. «D'une part, j'ai distingué les limites des musiques «appliquées» où le contexte m'était imposé, d'autre part, j'ai découvert qu'il n'y avait pas que des «inventeurs» mais aussi des «découvreurs», des Ligeti, des Grisey etc., et donc j'ai vraiment commencé à  composer. J'avais trente ans.»

La première pièce de Fafchamps, écrite pour deux pianos et créée au Botanique par l'auteur en duo avec Laurence Cornez, fait appel aux langages de Scriabine et de Ligeti, «sans savoir que Grisey avait ouvert la voie, vingt ans plus tôt» Sur la lancée, se crée le fameux Bureau des pianistes (qui deviendra Bureau des Arts) ainsi que Musica Libera. Les créations se multiplient, saluées unanimement, les effectifs se déploient, les combinaisons poursuivent leurs explorations. Avec, toujours, une intense vie pulsionnelle au coeur de la musique.

Aujourd'hui, celui qui est devenu un compositeur à  part entière se présente au public avec «Les Désordres de Herr Zoebius». Ce quatuor en création, «sans doute le seul de ma carrière», où la chaotologie trouve largement sa place, s'inspire d'une BD imaginaire pour partir à  la recherche du point de bascule entre l'hyperdéterminisme et l'aléatoire (à  ne pas confondre avec le combinatoire et ses diktats), démarche dans laquelle les fonctions utilisées autrefois en macroéconomie auront été très utiles au compositeur


Martine Dumont-Mergeay, mars 2001

 

UP

Création des Désordres de Herr Zœbius - Le Soir

Vogler contrôlé, Danel osé... Le lendemain, c’était au tour du quatuor Danel : Ils en profitent pour créer le « Quatuor » de Fafchamps, se couler dans son troisième mouvement et se laisser tenter par l’harmonie et l’orientalisme de ses « ragas ».

Xavier Flament, mars 2001

 

UP

Première belge de la Lettre Soufie S - Le Soir

Ars Musica les oreilles en bourgeon... On retrouve les mouvements ondulatoires à  la base des nouvelles œuvres de Jean-Luc Fafchamps et Benoît Mernier : dans une effervescence envoûtante dans le « S » du premier...

Serge Martin, mars 2000

 

UP

Comment une courbe... - Le Soir

L’Orchestre de chambre de Wallonie a heureusement trouvé d’autres opportunités de s’imposer... surtout dans l’émouvante pièce écrite par le compositeur belge Jean-Luc Fafchamps... mettant superbement en valeur la sonorité lumineuse de Jean-François Chamberlan (violon principal de l’orchestre).

Michel Debrocq, juillet 1998

 

UP

Création de Eidophonia / Sur les bords de la caméra (Storck) - La Libre Belgique

Ictus se fait neuf toiles : de courtes pièces de compositeurs belges conçues pour de vieux courts métrages.... Modernité ou, plus exactement, modernités, tant les partitions étaient d’inspirations diverses. Tout l’art résidait donc à  trouver le juste milieu entre accompagnement et contrepoint, ou entre prétexte et redondance. Fafchamps, justement, fut un de ceux qui y parvint le plus joliment sur les images de Storck...

Nicolas Blanmont, mai 1998

 

UP

Création de Eidophonia / Sur les bords de la caméra (Storck) - De Standaard

Nieuwe Geluiden bij ouden films...Naast Peter Vermeersch bereiken ook Benoît Mernier, Jean-Luc Fafchamps en Luc Van Hove een resultaat waarin goede muziek harmonieus samenging met de films.

Maarten Beirens, avril-mai 1998

 

UP

Création de Melencholia si... - La Libre Culture

Ars Musica : Fafchamps redécouvre le feu. Au Bota, quatre œuvres pour percussions magnifiées par le quatuor Ictus. Création... et Jean-Luc Fafchamps lui-même dont « Melancholia si... » donné en création mondiale a ouvert la soirée. Inspirée d’une gravure homonyme de Dürer... Melancholia si se présente à  la fois comme un catalogue formel lisible et comme une formidable explosion sensuelle.... Schéma de la sonate classique en filigrane, usage certain des résonances harmoniques et goût marqué pour la beauté formelle des sons créent le contexte chatoyant dans lequel va s’inscrire un discours tour à  tour ironique, tendre ou violent. Pleine maîtrise : du métal au bois, du bois à  la peau, à  travers la virtuosité des interprètes, une extrême sensualité traverse l’écriture et sa réalisation jusqu’à  ce qu’au terme des investigations demeurées sans réponse, intervienne le mouvement final, affirmant de toute la force de l’instrumentarium au complet le désir « rageur de vouloir tout savoir et tout embrasser ». Cet assaut de l’oreille et des sens auquel on ne demande qu’à  céder, est mené par des musiciens en pleine maîtrise, conduisant la musique autant que le spectacle sous le regard du public : dans un nouveau défi (sans espoir) Prométhée chasse la « Melancolia », c’est magnifique.

Martine Dumont-Mergeay, mars 1996

 

UP

CD Attrition - Revue et corrigé

Jean-Luc Fafchamps « Attrition » ...Connu pour ses enregistrements de Morton Feldman, J.L. Fafchamps signe là  son premier disque comme compositeur. Ses pièces époustouflantes par leur calme et leur clarté sont interprétées respectivement par le Bureau des Pianistes, le Balanescu Quartet et le Quatuor Quadro, enfin, Martine Kivits dans une pièce pour voix seule. Une réussite totale !

A.D., janvier 1994

 

UP
© Jean-Luc Fafchamps 2017 — Design : atome451